You are currently browsing the monthly archive for septembre 2012.

Préambule

Il est fréquent d’entendre parler des associations qui ont formé le « berceau parisien », en des termes parfois peu élogieux. A tort ou à raison, l’ASB comme le Caritig sont vues comme des structures hégémoniques qui voulaient avoir la main mise sur tout. J’ai connu ces associations peu après leur  fondation et à des degrés divers. J’étais impliquée à l’ASB du temps de Tom Reucher et je côtoyais le Caritig en de rares occasion de réunions avec Armand Hotimsky. Ma militance comme mon entrée dans le domaine de la recherche m’ont conduite vers le constat des déficits concernant le terrain transidentitaire : d’histoire et de mémoire. Nous retrouvons une partie de l’héritage de la culture cabaret transgenre avec Bambi et Marie France, comme avec la nécessaire réhabilitation de Coccinelle dont le rôle dans l’édification des réseaux d’entre-aide n’a pas été des moindres. Pour l’histoire, chacun la voit encore débuter avec son action propre oublieux parfois de l’héritage ou de la simple reconnaissance d’une aide, d’une information ou d’un accompagnement qui aura été précieux à une personne mais qu’elle jugera plus tard peut être dans la désuétude de l’oubli. Voici sous forme de témoignage, un façon comme une autre de contribuer à marquer ma reconnaissance envers ceux et celles qui m’ont précédés et qui m’ont transmis leurs savoirs et leurs énergies.

Affiches de l’Existrans : 2001 à 2003

Chroniques martiennes : l’Association du Syndrome de Benjamin au jour le jour

Qu’était l’activité à l’ASB de 1996 à 1999, pour prendre celle que j’ai connue ? Nous allons le relater sous forme d’une modeste chronique qui va démontrer que nous sommes loin d’un modèle associatif hégémonique.

Jeudi : support téléphonique au centre Gay et Lesbien de Paris de 14 heures à 18 heures. Notons que les gays et lesbiennes ne savaient pas toujours ce qu’étaient les trans, un peu comme pour les Bi d’ailleurs. Nous recevions des personnes en questionnement, parfois dans un grand désœuvrement matériel et psychologique. Ces personnes que certain-e-s trans aimeraient voir psychiatriser car ils feraient du tort aux autres trans intégrés et seraient « quand même bien déglingués ». C’est oublier que nous avons reçu certaines d’entres-elles dans le même état ! Mais accomplies depuis, elles ont oubliées… Ces « déglinguées » étaient des personnes coupées de leurs familles et attaches, sans emplois et sans perspectives immédiates. Nous recevions aussi des copines prostituées, mais c’était plus rare. L’ASB n’avait pas la réputation d’être accueillante aux transgenres et aux prostituées. Ici l’arbre cache bien la forêt. Quelques avis stigmatisants sont parvenus à cacher les amitiés qui se sont nouées dans le respect des un-e-s et des autres. Comme tu étais belle et bienveillante Elsa. On ne peut t’oublier.

Ne parlons pas du débat théorique qui s’était engagé dans un silence total pour défaire le transsexualisme comme concept médical. Nous dénoncions déjà la hiérarchie pyramidale entre trans. Venu-e-s de tous horizons, ou appelant de l’autre bout de la France des copines et copains inquiets et parfois effrayés de ce qui leur arrivait, d’autres sont atteints du VIH, d’autres envisagent la prostitution pour se payer les soins et les opérations. Parfois débarquaient des étudiants ou d’apprentis réalisateurs en mal de sujets. Sans compter les journalistes et les « hommes » de télévision. Quelques trans lover en chasse ou en cavale firent de bref passages. Au bar du CLG, une copine faisait parfois des siennes, fustigeant gays et lesbiennes dans leur propres locaux… On rattrapait le coup et à force ils finissaient par ne plus s’offusquer.

Samedi : Journée collage de timbres chez Tom Reucher. Nous passions des après-midi à ouvrir les courriers, nous répartir les courriers et tentions d’y répondre au mieux avec ce que nous avions comme connaissances. Je commençais tout juste mon trajet et me retrouvais à réconforter et envisager des réponses à quelqu’un comme moi, comme nous tous dans cette pièce. Ambiances lourdes et légères se succédaient au fil des exposés des projets, de l’agenda associatif. Je me souviens très bien de vos visages Thibault, Vincent, Maud, Christelle, Tom et les autres dont j’ai parfois oublié le prénom. Pardonnez-moi.

Dimanche : réunion mensuelle avenue Daumesnil. Réunions parfois thématiques comme la journée des parents, ou le grand repas annuel. J’avais été stupéfaite de voir que des personnes traversaient toute la France juste pour rencontrer d’autres personnes comme elles, d’autres trans en somme. Internet naissant ne permettait pas encore les outils multimédia et loin était le web 2.0 qui ferait oublier qu’il fallait beaucoup d’huile de coude et de volonté pour s’organiser, se voir, se rencontrer l’espace de quelques heures seulement. Elles débarquaient à Paris pour vivre avec d’autres le temps de quelques heures.

Le tout tenait sur des bouts de ficelles et plus d’un serait surpris des budgets ridicules avec lesquels la machine tournait.

Chroniques martiennes : à bout de souffle

Affiches de l’Existrans : 2004 à 2006

Réunions et lobbying : à la recherche d’alliances. En premier lieu, au centre gay et lesbien lui-même dont le président de l’époque Alexis Meunier était d’une rare bienveillance. La formation des bénévoles du Centre incluait déjà les trans. Nous participions parfois à la rédaction au 3Keller, la revue du CGL. Entretiens avec le député socialiste Patrick Bloch, rendez-vous au syndicat de la magistrature, déplacements à l’étranger pour rencontrer les chirurgiens belges, comprendre leurs techniques et  évaluer les financements. Autres rencontres dans l’hexagone avec des médecins pour former cette base de données que Tom Reucher ne garda jamais pour lui et dont nombre de trans ont bénéficié. Rendez-vous avec des avocats et édification des premières filières pour contourner les tribunaux défavorables et aiguiller vers des tribunaux favorables tel celui de Chartres à l’époque où je fus la quatrième à obtenir son changement d’état-civil sans expertise et en moins de  quatre mois. Oui nous nous comptions, tant c’était rare et difficile. Un ou une de plus de passé était une grande victoire. Nul record, nul vantardise, juste le murmure du soulagement.

Informations et communications : de l’Identitaire à l’Existrans. Créer plus qu’un bulletin associatif tel était l’objectif de l’Identitaire dont je ne sais encore comment le nom m’est venue. Peut-être la fréquentation de Maud-Yeuse qui théorisait du matin au soir, allez savoir… Réunions multiples chez Maud avec Tom, Vincent, Thibault, Ionna, Myriam, Ripley, et les autres. Mac Plus ou SE30, sur Xpress ou Pagemaker, illustrations ou full rédactionnel ? L’Identitaire est né pour créer un outil de communication et d’expression, aborder la culture sous différents angles qui incluraient nos propres visions du monde qui finalement était déjà « trans ».

Participant aux réunions d’organisation de la Gay Pride de 1998  sur le thème de la citoyenneté (déjà) nous avions été aux anges avec le projet de petit train pour les enfants des parents gays et lesbiens, mais dépitées par la polémique : « une folle » en tête de cortège va-t-elle nuire aux mots d’ordre ? Nous nous sommes dit que chaque groupe avait ses travestis, ses boucs-émissaires. Cela nous avait d’autant plus interpelées que nous travaillons déjà avec le Zoo de Marie-Hélène Bourcier. De son côté le constat de nos difficultés à exister au sein des organisations gays et lesbiennes à l’époque conduisait Tom à l’idée d’une marche qui serait nôtre. J’ai travaillé sur l’aspect communication de cette première Existrans, sans y participer pour des raisons de santé. Mais j’étais sceptique et je ne suis pas parvenue à suivre Tom plus loin, le trouvant trop optimiste et pas assez stratège. Pour ma part, j’étais dans l’optique d’un renforcement de nos alliances avant d’envisager cette nouvelle forme de visibilité pour les trans. Sur ce point, j’avais tort et Tom a bien fait de persévérer et alea jacta est.

Affiches de l’Existrans 2007 à 2009

Mes souvenirs ne sont pas si romantiques. Je dois vous détromper. Il y a beaucoup d’obscurité dans ces images, du glauque parfois, de crises de larmes et de fatigues consécutives à des réunions presque chaque soir de la semaine. Réexpliquer sans cesse notre condition, devoir lutter aussi à l’intérieur contre nos propres démons. Ces chroniques constituent le souvenir d’un travail difficile qui fait défaut dans la mémoire trans qui n’a toujours pas d’histoire commune. Chaque groupe semble avoir tout inventé comme chaque trans rejoue le changement de genre comme une première et unique fois. L’ASB, le Caritig et le PASTT ont été animés par des pionniers qui eux-mêmes ont hérité a des degrés divers de la socialité issue du cabaret transgenre (ici on doit beaucoup à Coccinelle), de l’entre-aide des prostituées, des acquis des associations précédentes de Marie André à Coccinelle en passant par Marie-Ange Grenier. Les trans ne viennent plus seuls au monde depuis longtemps. Ils ne naissent donc pas dans les artichauts dans les hautes terres arides ou gelées. La reconnaissance de ces acquis a participé à me construire comme trans bien avant d’autres trans et bien après beaucoup d’autres. Une dernière pensée pour les filles de l’ABC, mouvement transvesti puis transgenre peu importe. Elles ne se déclaraient pas association de « transsexuelles », elles m’ont pourtant acceptée et recueillie pour ainsi dire le temps que je sois assez forte pour aller vers ces associations naissantes, là-bas à Paris. Merci Gaby, Chantal et toutes les autres de m’avoir protégée.

Je me dis que quelqu’un en ce monde a les mêmes pour son action au Caritig et je partage sa joie comme sa nostalgie. On ne savait pas dans nos bien puérils crêpages de chignon à quel point il était déjà important tout simplement d’Exister et de mettre un pas devant l’autre.

Karine Espineira

Affiches de l’Existrans : 2010 à 2012

Publicités

À paraitre aux éditions des Ailes sur un tracteur :

« Transyclopédie : 1000 choses à savoir sur les transidentités » (15 novembre 2012)

LES AUTEURS

Arnaud Alessandrin – docteur en sociologie. En 2012, il a soutenu une thèse sur les transidentités intitulée « Du ‘transsexualisme » aux devenirs Trans » à l’université Bordeaux Segalen, université dans laquelle il a co-animé pendant 3 ans le « séminaire Trans ». Il a dirigé le livre « La transidentité : des changements individuels au débat de société » (L’Harmattan, 2011) et s’apprête à sortir une « Géographie des homophobies » (avec Yves Raibaud). Il est, avec Karine Espineira et Maud Yeuse Thomas à l’origine de l’O.D.T. (Observatoire Des Transidentités), interface d’expertises Trans.

————-

Karine Espineira  est docteure en sciences de l’information et de la communication. En 2008, elle publie un essai intitulé « La Transidentité de l’espace médiatique à l’espace public » (L’Harmattan). Elle est co-fondatrice de l’association Sans Contrefaçon (2005). Elle est aussi membre de la coordination international du mouvement Stop Trans Pathologizacion (STP 2012). Elle a publié dans « Le Sujet dans la cité », revue internationale de recherche biographique, Le bouclier thérapeutique, discours et limites d’un appareil de légitimation(2011), dans la revue L’Information psychiatrique, Transidentité : de la politique, Une métamorphose culturelle entre pragmatisme et transcendance (2011).

————-

Maud-Yeuse Thomas est chercheuse indépendante en socio-anthropologie. Co-fondatrice de Sans Contrefaçon. Réalisatrice d’un documentaire autoproduit, La transparentalité aujourd’hui (52mn, 2007). Principaux articles : La controverse trans, revue Mouvements (2007), Transsexualisme et psychiatrisation, revue H-Madness, (2010) ; Du « trouble trans » dans l’Identité ?, revue Trickster, n°9 (2010) ; De la question trans aux savoirs trans, un itinéraire, in « Le sujet dans la cité » (2010) ; Pour un cadre générique du transsexualisme, in « L’Information psychiatrique », Vol.87, n°4 (2011).

——

Avec des contributions de Maxime Foerster, Bambi (Marie-Pierre Pruvost), OUTrans, Brigitte Bellebeau, OUTrans, STS, entre autres.

———

http://www.desailessuruntracteur.com/

http://www.desailessuruntracteur.com/A-paraitre-Transyclopedie-1000-choses-a-savoir-sur-les-transidentites-15-novembre-2012_a39.html

Les pré rapports étant  favorables, la soutenance est devenue officielle.

Avis de soutenance de thèse :

26 novembre  2012 à 13 heures 

Salle du Conseil, Campus Carlone

Université de Nice – Sophia Antipolis

École doctorale de l’U.F.R : Lettres, Sciences Humaines et Sociales (ED 86)

Pour l’obtention du grade de docteure en Sciences de l’Information et de la Communication

ESPINEIRA Karine

 La construction médiatique des transidentités

Une modélisation sociale et médiaculturelle

Thèse dirigée par Marie-Joseph BERTINI,

Professeure des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication

 Sera présentée et soutenue publiquement le 26 novembre 2012


Membres du Jury :

Françoise BERNARD, PR, Université d’Aix-Marseille

Marie-Joseph BERTINI, PR, Université de Nice – Sophia Antipolis

Yves CHEVALIER, Professeur Emérite, Université de Bretagne Sud

Marlène COULOMB-GULLY (rapporteur), PR, Université de Toulouse-Le Mirail

Laurence HERAULT, MDC-HDR, Université d’Aix-Marseille

Éric MAIGRET (rapporteur), PR, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

 

La construction médiatique des transidentités :Une modélisation sociale et médiaculturelle

Cette recherche, inscrite au sein des Sciences de l’Information et de la Communication, porte son attention sur les formes de la construction médiatique des transidentités à la lumière des études de Genre et des études culturelles. Elle permet de montrer que nos représentations génèrent des modélisations à la fois sociales et médiaculturelles.

Cette étude s’est appuyée d’une part sur cinq années  d’observation participative du terrain transidentitaire français, et d’autre part sur un corpus de huit cents documents audiovisuels déposés à l’INA de 1946 à nos jours.

Comprendre les processus de l’évolution des représentations au regard des mutations du terrain (associations et collectifs transidentitaires, personnes transgenres et transsexes) depuis les origines de la médiatisation des trans à la télévision, est l’enjeu essentiel de cette thèse. Le dispositif du Genre y apparaît comme le substrat et le moteur du fonctionnement hégémonique d’un modèle co-construit, lequel modèle demeure paradoxalement minoritaire sur le terrain. L’étude des glissements sémantiques du lexique médiatique des transidentités – le qualificatif de « fait divers » disparaît peu à peu au profit de celui de « fait de société », qui cède lui-même progressivement la place à la notion  subversive d’ « égalité des droits » – permet de décrire et d’analyser les liens objectifs qu’entretiennent des représentations sociales et des représentations médiatiques devenues désormais consubstantielles.

 

Mots-clés

Télévision, transidentité, médiaculture, imaginaire social, imaginaire médiatique, Genre, Transgenre, études de Genre

 

 

The media construction of transidentities: A social and media-cultural modeling.

 

This research, undertaken as Information and Communication Science, focusses upon different forms of media construction of transidentities, under the light of gender studies and cultural studies, showing how our representations generate both social and media-cultural models.

This study leans on five years of participative field observation of French transidentities, and also on a body of eight hundred audiovisual documents held by the INA, dating from 1946 to the present day.

Understanding the evolutionary process of subject representation by following the field’s shift (trans’ support groups and trans’ people) from the very beginning of the media coverage of trans’ people on television is the essential challenge of this thesis. The Gender device appears in it as both the basis and the drive behind the hegemonic functioning of a co-constructed model, which paradoxically remains a minority model in the field. The study of semantic shifts in the media lexicon of transidentities – characterized by the way in which « back page” news stories have gradually disappeared in favor of « social fact », themselves gradually replaced by the subversive notion of « equal rights « – allows to describe and to analyze the objective links held by the social representations and media representations, which have now become consubstantial.

Keywords

Television, transidentity, mediaculture, social imagination, mediatic imagination, Gender, Transgender, Gender studies


Université de Nice – Sophia Antipolis
Laboratoire I3M, Information, Milieux, Médias, Médiations
Équipe d’Accueil 3820
98, Boulevard Édouard Herriot
06204 Nice Cedex 3

Présentation

Formations & Diplômes
Parcours professionnel
Activités de Recherche
Publications
Communications
Activités Associatives

Diplômes

2014

2e Prix jeune chercheur francophone en SIC – 2014, décerné par la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 05 juin 2014.

2013

Qualification par le CNU en section 71.

2012

Thèse de Doctorat en Science de l’Information et de la Communication, « La construction médiatique des transidentités : Une modélisation sociale et médiaculturelle », sous la direction du Professeure Marie-Joseph Bertini, Université de Nice-Sophia Antipolis.

Soutenue le 26 novembre 2012, Jurycomposé de : Marie-Joseph Bertini (Prof. Université de Nice), Françoise Bernard (Prof. Université de Provence), Marlène Coulomb-Gully (Prof. Université de Toulouse le Mirail), Laurence Hérault (MCF-HDR Université de Provence), Yves Chevalier (Prof. Émérite Université de Bretagne), Éric Maigret (Prof. Université de Paris Sorbonne Nouvelle), mention Très Honorable avec les Félicitations du Jury à l’unanimité.

 

2007

Master 2 Recherche en Sciences de l’Information et de la Communication, « Analyse de la construction des cultures de genre à la télévision », sous la direction de Françoise Bernard, Université de Provence, Aix-Marseille, mention Très Bien.

+

1994

Maîtrise en Sciences de l’Information et de la Communication : écritures spécialisées, « Les mises en scène du discours politique à la télévision : débat politique et démocratie », sous la direction de Daniel Bougnoux, Université Stendhal Grenoble 3, Mention Bien.

1993

Licence en Sciences de l’Information et de la Communication : écritures spécialisées, Université Stendhal, Grenoble 3.

1992

CPMST Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication Université Stendhal, Grenoble 3.

1991

Deug A, Lettres Modernes, Université Stendhal, Grenoble 3.

1988

Baccalauréat série B, économie, diplôme du secondaire, lycée Félix Esclangon, Manosque.

Parcours Professionnel

2012-2014

Rapporteure « Mission Transphobie », avec Arnaud Alessandrin, rapport établit pour  le Comité République & Diversité et Idaho : auditions, enquêtes et rédaction du rapport et présentation en conférence de presse le 20 novembre 2014.

Formatrice vacataire (100h/an) dans des associations, des institutions culturelles et de structures de formations, par exemple : Kolektibo feminista (2014), Bayonne. MuCEM (2013), Marseille. AFERTES (2012-2013), filière « Éducation Spécialisée », Lille/Arras. Planning familial (2012). Sos Homophobie (2012), Marseille. Maison des femmes (2011-2012), Bordeaux. Centre Régional de Documentation Pédagogique (2012), Marseille.

Coordination d’ouvrages collectifs : Genre et médias (à paraître, 2014), Corps trans/corps queer (Harmattan, 2014), Transidentités : Histoire d’une dépathologisation (Harmattan, 2013), Identités Intersexes : identités en débat (Harmattan, 2013), La Transyclopédie (Des Ailes sur un tracteur, 2012).

2010-2011

Encadrement pédagogique d’étudiants étrangers dans le cadre du Plan Réussite Licence initié par Marie-Joseph Bertini et animé par Marcin Sobieszczanski (120 heures). Assistance au déploiement sur l’outil J@LON de l’Université de Nice, de la maquette des diplômes dispensés par le Département des Sciences de la Communication (2010-2011).

Enseignement en Master Pro en Graphisme & Publicité, École de Communication Visuelle de Bordeaux du 18 au 22 octobre 2010. Médiation, culture et genre dans la création graphique.

2003-2005

Chargée de communication et formatrice multimédia à Transition. Communication des actions auprès des partenaires, financeurs, médias. Réalisation conception de la plaquette d’entreprise, des programmes de la salle d’exposition « Espace Vitamine » et des affiches des différents événementiels, des programmes de formation pour l’Espace Public Numérique Babel Oueb. Responsable de conception du Guide « Vivre à La Joliette », chantier d’Insertion « Joliette Accueil » (240 heures de formation dispensées), en partenariat avec les institutions locales et régionales, Euroméditerranée et le ministère de l’emploi et de la formation. Chantier d’Insertion « Guide : Eco » (240 heures de formation dispensées), en partenariat avec la CAF. Formatrice multimédia.

Programme européen Equal Solimar : « Les discriminations raciales à l’embauche ». Élaboration d’un « kit pédagogique » (réécritures et conception infographique) à l’attention des intermédiaires à l’emploi.

2002-2003

Assistante de communication à Champs Visuels. Communication des actions auprès des divers partenaires et commanditaires ; ainsi qu’en direction des médias audiovisuels à l’aide des outils bureautiques et numériques.

1996-2002

Missions free-lance en entreprise. 1996-2002 :Maintenance software sur système Mac Os et Windows. Mise en page (PAO) de supports de communication du recueil de recettes de cuisine à la poésie, saisies et corrections, traductions et dossiers de presse.

1992-1996

Journaliste-pigiste au quotidien « La Provence » (1995-1996)

Journaliste-pigiste à l’hebdomadaire Grenoble-Info (1993-1994).

Rédactrice : Collecte et diffusion d’informations, élaboration de supports et rédaction des contenus ; guide étudiant sous l’égide du Pôle Universitaire Scientifique Européen et la Mairie de Grenoble (1991-1992).

Enquêtrice : Mises en forme et réalisation d’enquêtes pour Ilso-New Deal (1992).

Activités de recherche

Axes

Axes de recherche

 

 Mots-clés

 

Thèse de doctorat

Doctorat en Science de l’Information et de la Communication, « La construction médiatique des transidentités : Une modélisation sociale et médiaculturelle », sous la direction du Professeure Marie-Joseph Bertini, Université de Nice-Sophia Antipolis.

Soutenue le 26 novembre 2012, Jurycomposé de : Marie-Joseph Bertini (Université de Nice), Françoise Bernard (Université de Provence), Marlène Coulomb-Gully (Université de Toulouse le Mirail), Laurence Hérault (Université de Provence), Yves Chevalier (Université de Bretagne), Éric Maigret (Université de Paris Sorbonne Nouvelle), mention Très Honorable avec les Félicitations du Jury à l’unanimité.

Résumé :

Cette recherche, inscrite au sein des Sciences de l’Information et de la Communication, porte son attention sur les formes de la construction médiatique des transidentités à la lumière des études de Genre et des études culturelles. Elle permet de montrer que nos représentations génèrent des modélisations à la fois sociales et médiaculturelles.

Cette étude s’est appuyée d’une part sur cinq années d’observation participative du terrain transidentitaire français, et d’autre part sur un corpus de huit cents documents audiovisuels déposés à l’INA de 1946 à nos jours.

Comprendre les processus de l’évolution des représentations au regard des mutations du terrain (associations et collectifs transidentitaires, personnes transgenres et transsexes) depuis les origines de la médiatisation des trans à la télévision, est l’enjeu essentiel de cette thèse. Le dispositif du Genre y apparaît comme le substrat et le moteur du fonctionnement hégémonique d’un modèle co-construit, lequel modèle demeure paradoxalement minoritaire sur le terrain. L’étude des glissements sémantiques du lexique médiatique des transidentités — le qualificatif de « fait divers » disparaît peu à peu au profit de celui de « fait de société », qui cède lui-même progressivement la place à la notion subversive d’« égalité des droits » — permet de décrire et d’analyser les liens objectifs qu’entretiennent des représentations sociales et des représentations médiatiques devenues désormais consubstantielles.

Mots-clés : Télévision, transidentité, médiaculture, imaginaire social, imaginaire médiatique, genre, transgenre, études de genre.

 

Publication de travaux : La thèse de doctorat donne actuellement lieu à des réécritures dans la perspective de deux publications distinctes et complémentaires.

Participation à des équipes et groupes de recherche

2014-2015

Chercheure associée au programme de recherche international « Genre et normes dans les discours de la psychanalyse, la psychiatrie et les politiques publiques en France et au Brésil : le paradigme transidentitaire », dirigé par Laurie Laufer (Université Paris 7), Thamy Ayouche de (Université Lille 3, Paris 7) et Nelson da Silva Junior (Université de São Paulo). Projet CAPES-SOFECUB planifié sur 4 ans (projet en cours de finalisation).

Chercheure associée au programme de recherche international « Culture du témoignage » dirigé par Maria-Nengeh Mensah : « Sexualités, genres et voix communautaires : développement, implantation et évaluation d’une exposition publique », Université du Québec à Montréal (projet en cours de reconduction, il existe depuis 2011).

Membre du comité scientifique « Genre et ville ». Genre et Ville est plateforme de recherche sur les « identités et territorialités », a pour objet de révéler les inégalités d’identités sur les territoires, de les mesurer, d’interroger ce qui les a créées et de faire évoluer par des actions variées, ainsi qu’un travail de réflexion et de discussion, les rapports de genre dans la ville.

Membre invitée du bureau de « Grabuges », association universitaire en études féministes, de genre et sur les sexualités.

Expert associée à l’enquête sur les bonnes pratiques pour l’information etl’accompagnement de l’autotest de dépistage du VIH lors de sa mise sur le marché en France. L’étude est menée par le laboratoire de recherche de l’Établissement Public de Santé – Maison Blanche (Paris).

2013-2014

Chercheure associée au LIRCES.

Équipe d’Accueil 3159. Le Laboratoire Interdisciplinaire Récits Cultures Et Sociétés dirigé par Marc Marti, est engagé dans un projet scientifique interdisciplinaire interrogeant « la singularité des espaces, des sociétés, des textes et des dispositifs de parole qui constituent un réseau diachronique de représentations et de constructions culturelles à travers les récits et les mises en récit ».

Le projet scientifique du LIRCES défini pour le contrat quadriennal 2008-2011, repose sur l’identité interdisciplinaire du Centre et ses trois axes de recherche :

    1. Sujet, création, narration
    2. Mémoires, transitions, pouvoir(s)
    3. Savoirs, théorisations, transmissions

2010-2014

L’observatoire des transidentités. L’ODT a été cofondée avec la chercheure indépendante Maud-Yeuse Thomas et le sociologue Arnaud Alessandrin le 10 décembre 2010.

La plateforme prend la forme d’une revue en ligne axée sur le développement des questions de genre et ayant pour objectif d’établir des passerelles entre l’associatif, les acteurs et l’Université. Nous avons investi deux champs d’activités prolongeant la publication :

    1. Nous prenons le contre-pied des revues et journaux qui optent pour la production et la diffusion numérique. Aux publications en ligne, succède une publication des articles augmentés sur papier, aux éditions de L’Harmattan. La revue publie deux numéros par an dans la collection « Question de genre ». Les textes associatifs côtoient ceux de jeunes doctorant-e-s comme des chercheurs confirmés. À l’occasion de la parution du troisième volume en (février 2014) la revue peut se valoir d’un comité de lecture national et international composé d’acteurs associatifs et de chercheur-e-s reconnu-e-s.
    2. L’Observatoire est aussi devenu partenaire et co-organisateur d’événements et de conférences avec l’Université de Bordeaux 3 (mai 2011, 2012 et 2013) ; l’associatif (depuis 2012).

2012-2008

Doctorante au sein du laboratoire I3M

Équipe d’accueil 3820. Le laboratoire I3M (Milieux, Médias, Médiation) dirigé par Paul Rasse, regroupe des enseignants-chercheurs en 71e section du CNU des universités de Nice Sophia Antipolis (UNS) et du Sud Toulon-Var (USTV).

Le projet scientifique du laboratoire I3M s’articule sur 3 axes :

1. Les métamorphoses de la société de la connaissance, de la culture et des industries du divertissement.
2. La redéfinition des stratégies de communication des organisations et des citoyens à l’heure de l’intelligence territoriale et du développement durable.
3. Nouvelles formes d’expression et nouvelles pratiques d’écriture : l’apport des Cultural Studies, des Média et du Journalism Studies.

Publications


Ouvrage

La Transidentité de l’espace médiatique à l’espace public, Paris : L’Harmattan, collection « Champs Visuels », 2008, 198 pages.

Quatrième de couverture : C’est à partir de l’opération de Christine Jorgensen en 1952 au Danemark, que le fait qu’un homme puisse devenir une femme, après une intervention chirurgicale, entre dans l’esprit du grand public en raison de sa très forte médiatisation. L’analyse du traitement télévisuel de la transidentité, considérée comme expression la plus singulière de l’identité, est-elle susceptible de donner des outils de lectures sur la construction des normes de genre au-delà de la transidentité ?

Articles dans des revues à comité de lecture                

1. « La sexualité des sujets transgenres et transsexuels dans les médias. Processus croisés de sursexualisation et de désexualisation des figures médiatiques trans », Revue Hermès, « Sexualité et communication »,coordonné par Valérie Schafer, Étienne Armand Amato, Fred Pailler, 2014.

Résumé : L’inscription des identités « trans » comme fait de société s’est accompagnée de questionnements liés au genre et à la sexualité. Ceux-ci se sont retrouvés saisis par les moyens de communication depuis la descente d’avion de Christine Jorgensen en 1953 à New York jusqu’à la pornographie sur internet, en passant par les mises en scène des shemales et la médiatisation du bois de Boulogne dans les années 1980-1990, générant sur le terrain confusions, divisions et concurrences. Appuyé sur les résultats d’une étude menée de 2008 à 2012 et des corpus audiovisuels, cet article permet de montrer les processus complexes et croisés en jeu dans la construction médiatique des transidentités.

Mots-clés : Médias, sexualité, genre, transidentité, transgenre, transsexualité.

2.   « Le sujet trans en télévision. Un exemple de glissement du lexique médiatique », revue Essais, 2014 (accepté, à paraître).

Résumé : Notre étude des représentations médiatiques des transidentités est centrée sur la télévision, en raison de la richesse de ses différentes formes de création et de diffusion (actualités, reportages, documentaires, débats, divertissements, fictions et cinéma). Elle s’appuie sur cinq années d’observation participative du terrain transidentitaire français (associations et collectifs transidentitaires, personnes transgenres et transsexes) et sur un corpus de plus de huit cents documents audiovisuels, constitué sur les bases archives de l’Institut National de l’Audiovisuel. Nous nous intéressons aux modélisations sociales et culturelles, causes et conséquences du processus de médiatisation. L’analyse des glissements successifs du lexique médiatique du fait-divers au fait de société, jusqu’à la notion de l’égalité des droits permet de décrire et d’étudier les liens qu’entretiennent des représentations sociales et des représentations médiatiques consubstantielles. Les logiques de production, les structures de représentation des périodes déterminées éclairent sur les dynamiques sociales en action et en interaction.

Mots-clés : genre, média, télévision, transidentité, modèle de représentation, lexique médiatique.

3.   « Le traitement médiatique de la sexualité des personnes trans en France », avec Maud-Yeuse Thomas, Genre, sexualité & société, n° 11, « Parias sexuels », coordonné par Mathieu Trachman et Rostom Mesli, 2014 (à paraître).

Résumé : Associant leurs expériences et parcours respectifs, les deux auteures s’appuient sur leur connaissance pratique du terrain de la transidentité pour traiter de la figure trans comme figure paria à travers la question de la sexualité des personnes trans saisie par les programmes de télévision. Sexualités et pratiques semblent former l’une des pierres angulaires de la question trans. Y aurait-il des pratiques et une sexualité de paria correspondant aux hors-la-loi du genre ? Cet article se propose d’étudier le traitement médiatique de la sexualité (ou d’une non-sexualité) des personnes trans. Oscillant entre ordinaire et exotisme, tour à tour sexualisée et désexualisée, la figure médiatique du trans tend à renforcer les rôles de sexe et avec eux un régime hétéronormatif.

Mots-clés : médias, paria, genre, sexualité, médiatisation, télévision, transidentité.

4.   « La médiatisation des politiques transgenres : Du statut de contre-public à l’inégalité de la représentation », Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, « Émergences », n° 4, coordonné par Nelly Quemener, et Virginie Julliard, 2014, en ligne : http://rfsic.revues.org/695.

Résumé : La médiatisation des politiques transgenres est récente. Les études qui portent sur cet objet de recherche montrent que les discours des trans peinent à être médiatisés, encore plus lorsqu’ils sont critiques. Toutefois, les discours les plus consensuels sont eux largement valorisés. En effet, il existe deux courants distincts et parfois en conflit au sein des politiques trans. Le premier plaide pour l’intégration tandis que le second refuse ouvertement de s’inscrire dans les rapports sexe/genre. Toutefois, ces deux courants se retrouvent autour de dénonciations d’assimilations au cabaret et à la prostitution. Nous étudierons l’un des objets de ces dénonciations, la médiatisation du bois de Boulogne, à travers un corpus d’émissions télévisées constitué à l’INA. Nous montrerons que la construction de figures archétypales consensuelles pose la question de leur interprétation/construction (une coécriture) par les médias, le grand public et les personnes concernées. S’attacher à comprendre les mécanismes de pouvoir et de domination à l’œuvre dans la médiatisation des politiques trans (le montrable et l’in-montrable) – et leurs influences sur les contre-publics transidentitaires – nous engage également à penser le sujet politique trans.

Mots-clés : genre, média, transidentité, contre-public, intersectionnalité, transsexe/transgenre.

5.   « De la militance trans à la transmission de savoirs : la place du sujet trans dans le lien social », in Le sujet dans la Cité, « Partager les savoirs : construire la démocratie », avec Maud-Yeuse Thomas et Arnaud Alessandrin, n° 4, dirigé par Christine Delory-Momberger, Revue internationale de recherche biographique, Téraèdre, 2014, p. 133-144.

6. «  Karine Espineira, La construction médiatique des transidentités : Une modélisation sociale et médiaculturelle, université de Nice-Sophia Antipolis (dir. Marie-Joseph Bertini), 26 novembre 2012 », Le Temps des médias, « Recherche Actualités », Positions de thèses, coordonné par Jamil Dakhlia, n° 20, p. 189-190, printemps 2013.

Extrait : Cette recherche, inscrite au sein des Sciences de l’Information et de la Communication, a pour objet l’analyse des formes de la construction médiatique des transidentités à la lumière des études de Genre et des Cultural Studies. Elle vise à montrer comment nos représentations génèrent des modélisations à la fois sociales et médiaculturelles. Elle croise les données résultant de l’analyse du corpus INA et celles de l’état des lieux du terrain choisi. La transidentité y est considérée comme une médiaculture au sens défini par Éric Maigret et Éric Macé (2005) et le travail de l’auteure prend appui sur l’idée d’Edgar Morin (1962) développée par les études culturelles, ainsi reformulée : la transidentité, loin d’être la culture de tous, est désormais connue de tous […].

Mots-clés : Télévision, transidentité, médiaculture, imaginaire social, imaginaire médiatique, genre, transgenre, études de genre.

7. « Penser la transphobie », avec Arnaud Alessandrin, communication retenue dans les actes du colloque Genre et discriminations », Genre Inégalités Discriminations, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, 2014 (à paraître).

8. « Depathologization », avec Amets Suess et Pau Crego Walters, TSQ : Transgender Studies Quarterly, Duke University Press, Paisley Currah & Susan Stryker Editors, 2014, p. 73-77.

9.   « Le bouclier thérapeutique, discours et limites d’un appareil de légitimation », in Le sujet dans la Cité, « Habiter en étranger : lieux mouvements frontières », n° 2, dirigé par Christine Delory-Momberger et Jean-Jacques Schaller, Revue internationale de recherche biographique, Téraèdre, p. 189-201, 2011.

10. « Transidentité : de la théorie à la politique. Une métamorphose culturelle entre pragmatisme et transcendance », in L’Information Psychiatrique, volume 87, n° 4, p. 279-282, 2011.

 

Coordination d’ouvrage collectif

1. Quand la médiatisation fait genre. Médias, transgressions, et négociations de genre, coordonné avec Laetitia Biscarrat, Paris : L’Harmattan, collection Question de genre, (à paraître, 2014).

Résumé : Partant du postulat que les médias contribuent activement à la fabrique du genre (Coulomb-Gully), ce premier hors série des Cahiers de la transidentité prend pour hypothèse de travail l’existence de représentations médiatiques qui dérogent aux représentations de genre hégémoniques. Véritable « technologie de genre » (De Lauretis), les médias participent de la reproduction et du maintien d’assignations de genre. Les représentations stéréotypées et archétypales véhiculées sur nos écrans témoignent du travail de construction d’un imaginaire médiatisé normatif. Pourtant, parce que la norme est activée sur un mode itératif, elle peut potentiellement être remise en cause. Il s’agit d’interroger la fabrique du genre au travers de sa négociation, voire du conflit et de l’altérité. Le terrain envisagé est celui du champ audiovisuel pris au sens large, c’est-à-dire de la production écranique. Il comprend les différents genres cinématographiques et télévisuels mais aussi les nouvelles productions numériques (webséries et fanfiction notamment). Les contributions traitent des représentations audiovisuelles « alternatives ». Articles et notes de visionnage explicitent les représentations médiatiques de l’altérité de genre. Ce dossier porte un regard précis sur « les minorités de genre » en ne faisant pas l’impasse sur la consubstantialité des rapports de pouvoirs entre questions de genre et processus d’ethnicisation.

Mots-clés : médias, genre, séries, cinéma, intersectionnalité, technologie de genre

 

2. Corps trans, corps queer, dirigé avec M.-Y. Thomas et A. Alessandrin, Paris : L’Harmattan, collection Question de Genre, 2014, 140 pages.

Quatrième de couverture : Pour cette troisième édition, l’O.D.T. interroge la production et les figures queer dans les arts musicaux, littéraires, cinématographiques et plastiques. En posant son regard au-delà des frontières géographiques et genrées, cette somme d’articles tend à démontrer qu’il existe, dans la culture, des supports à l’élaboration d’une politique inclusive et non discriminante à l’égard de la diversité de genre.

3. Transidentités : Histoire d’une dépathologisation, dirigé avec M.-Y. Thomas et A. Alessandrin, Paris : L’Harmattan, collection Question de Genre, 2013, 134 pages.

4. Identités Intersexes : Identités en débat, dirigé avec A. Alessandrin et M.-Y. Thomas, Paris : L’Harmattan, collection Question de Genre, 2013, 170 pages.

5. « La Transyclopédie : tout savoir sur les transidentités », dirigé avec M.-Y. Thomas et A. Alessandrin, Paris : éditions « Des Ailes sur un tracteur », 2012, 350 pages.

Quatrième de couverture :Parce qu’elles sont encore trop souvent reléguées aux rangs de la marginalité ou du spectacle, l’histoire, la culture, la réalité et la diversité des transidentités méritaient une « encyclopédie ». Dirigé par trois chercheurs engagés dans la clarification des concepts qui entourent les trans, ce livre fait le tour de toutes les questions : de l’histoire des associations, à l’évolution du droit, en passant par la culture et la santé, les médias, la sexualité (pornographie, prostitution…), les religions ou encore la transparentalité et la transphobie. Enfin, grâce au tour du monde des transidentités, par l’ethnologie et le droit comparé, cette première encyclopédie – aux contributions prestigieuses mais accessibles à tous – permet de comprendre les différences de perceptions des transidentités, du genre et du sexe… 30 définitions et 46 chapitres. 350 pages.

 

Articles et chapitres d’ouvrages

1. « Étude comparative des traitements médiatiques de Thomas Beatie et Rubén Noé Coronado : Enfanter en homme », in L’expérience transgenre de la parenté, dirigé par Laurence Hérault, P.U.P., 2014.

2.   « L’inscription médiatique de l’intersexuation et de la transidentité dans la thématique des tests de féminité en télévision », in Médias audiovisuels, altérité et négociation de genre, coordonné avec Laetitia Biscarrat, L’Harmattan, collection Question de genre, (à paraître, 2014).

3.   « Transféminisme », in Dictionnaire des féministes de 1789 à nos jours, dirigé par Christine Bard et Sylvie Chaperon, Presse Universitaires de France, 2014 (à paraître).

4.   « Transidentité », in Dictionnaire des féministes de 1789 à nos jours, dirigé par Christine Bard et Sylvie Chaperon, Presse Universitaires de France, 2014 (à paraître).

5.   « [Manifeste] Pour une épistémologie trans et féministe : Un exemple de production de savoirs situés », Transféminismes : politiques des transitions féministes, revue internationale Comment S’en Sortir ? (CSS), Société Internationale de Philosophie Féministe et Théorie Queer, 2014 (à paraître).

6. « Le Genre en Communication », in Genre !, dirigé par Brigitte Estève-Bellebau et Arnaud Alessandrin, éditions Des Ailes sur un tracteur, 2014, p. 166-169.

7. «  Naissance médiatique du Bois de Boulogne – Transidentités et média(tion)s », in Géographie des homophobies, dirigé par Y. Raibaud et A. Alessandrin, Armand Colin, 2013, p. 57-69.

8. « Transidentité », in Genre !, dirigé par Brigitte Estève-Bellebau et Arnaud Alessandrin, éditions Des Ailes sur un tracteur, 2014, p. 67-69.

9.   « Transphobie », in Genre !, dirigé par Brigitte Estève-Bellebau et Arnaud Alessandrin, éditions Des Ailes sur un tracteur, 2014, p. 70-71.

10. « Introduction à la géographie du Pacs et des nouvelles configurations familiales », in Géographie des homophobies, dirigé par Y. Raibaud et A. Alessandrin, Armand Colin, 2013.

 

Articles et recensions en ligne

1.   « Dépsychiatriser dit-elle », entretien mené par Arnaud Alessandrin, Texto !, [En ligne], volume XVIII, n° 4, coordonné par François Laurent, 2013. URL : http://www.revue-texto.net/index.php?id=3311.

2.   « Du travesti comme avant-garde du combat des genres : entretien avec Chantal Aubry, avec A. Alessandrin et M.-Y Thomas, Revue Ganymède, [En ligne], mai 2013. URL : http://www.revue-ganymede.fr/du-travesti-comme-avant-garde-du-combat-des-genres/.

3.   « Droit des trans : la CNCDH pousse la France à avancer », avec A. Alessandrin et M.-Y Thomas, Observatoire des transidentités, [En ligne], juillet 2013, URL : http://www.observatoire-des-transidentites.com/article-droit-des-trans-la-cncdh-pousse-la-france-a-avancer-118851970.html.

4.   « Sofect, du protectionnisme à l’offensive institutionnelle », avec A. Alessandrin et M.-Y Thomas, Observatoire des transidentités, [En ligne], mars 2013, URL : http://www.observatoire-des-transidentites.com/article-sofect-120403312.html.

5.   « Littérature marocaine, sexualité et transgression : entretien avec Jean Zaganiaris » (avec A. Alessandrin et M.-Y Thomas), Revue Ganymède, [En ligne], février 2013. URL :http://www.revue-ganymede.fr/litterature-marocaine-sexualites-et-transgressions-entretien-avec-jean-zaganiaris/.

6. « La déprogrammation Trans – sexuelle : du “horsexe” au DTC », avec A. Alessandrin et M.-Y Thomas, Revue Ganymède, [En ligne], janvier 2013. URL : http://www.revue-ganymede.fr/la-deprogrammation-trans-sexuelle-du-hors-sexe-au-dtc/.

7. « Transidentités : soustraire les différences au diagnostic », avec M.-Y. Thomas et A. Alessandrin, Revue Ganymède, [En ligne], mai 2012. URL : http://www.revue-ganymede.fr/transidentites-2/.

8. « L’ordre des mots », chronique pour le site internet de la revue internationale de biographie « Le sujet dans la Cité », [En ligne], 2010.

9. « La Transyclopédie : tout savoir sur les transidentités », chronique pour le site internet de la revue Le sujet dans la Cité, [En ligne], 2012.

 

Communications


Communications dans des colloques

1.   « Maltraitance médiatique et technologie de genre », colloque international, Transidentités, psychanalyse et sciences humaines : genre et souffrance sociale, Université de São Paulo, Brésil, 29 au 31 octobre 2014.

2.   « Les productions DIY comme réponse culturelle », atelier : « Arts, médias et littérature », 1er Congrès Études de Genre en France, Institut du Genre, Lyon, 5 septembre 2014.

3.   « Avec ou sans seins : le sein du corps dans une perspective transgenre et intersexe », colloque international Qu’est-ce qu’un corps vulnérable ?, EHESS, Paris, 5 mai 2014.

4.   « Représentations médiatiques et normes de genre », colloque LGBTQI dans la recherche et la production culturelle, Fédération étudiante LGBTQI belge francophone, Université de Namur, Belgique, 26 avril 2014.

5.   « Les transidentités au prisme de la catégorie de genre dans les médias », colloque InternationalGenres, cultures, sociétés. Questions autour de la transidentité, Ateliers Pratiques de Psychanalyse Sociale, CENESEX, Cuba-Coopération, Respectrans, TRIP, Paris, 28 et 29 mars 2014.

6. « Définir la Transphobie », colloque international Genre et Discriminations, Institut Émilie Châtelet, GID et ARDIS, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Paris, 28 juin 2013.

7.  « Trans’, experts et télévision : effets et efficacités symboliques – Transgender, TV and experts : symbolic effects and efficiencies », Crossroad 2012, colloque international organisé par Éric Maigret et Nelly Quemener, Paris, 4 au 6 juillet 2012.

8. « Le Bois de Boulogne : Exemple d’une modélisation médiatique, sociale et culturelle VIH-Transgenres-Étrangères », AFRAVIH, Genève, Suisse, 24 au 28 mars 2012.

9. « Géographie du PACS et nouvelles configurations familiales », animation de la table ronde du colloque Géographie des Homosexualités, Bordeaux 3, ADES, ODT, 16 mai 2012.

10. « Les Trans Studies face aux résistances académiques et médico-légales », intervention au colloque « IDAHO 2011 », Bordeaux 3, ADES, ODT, 18 mai 2011.

11. « Enfanter en homme », colloque international Regards croisés sur l’expérience transgenre de la parenté, organisé par Laurence Hérault et Irène Théry, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence, 10 au 11 octobre 2011.

12. « La transidentité : de l’espace médiatique à l’espace public », colloque international : Transgenres : nouvelles identités et visibilités, organisé par Chantal Zabus, David Coad, Marie-Hélène Bourcier, Paris, 22 au 23 mai 2009.

Communications aux Journées d’Études et aux Séminaires

1. « Normes et troubles dans le genre », séminaire : Normes et transgressions, laboratoire Babel, Université de Toulon, 24 mars 2014.

2. « Le sein dans une perspective transgenre », séminaire Neptune : Le sein : des mots pour le dire, laboratoire Babel, Université de Toulon, 6 février 2014.

3. « Apports de l’approche intersectionnelle », séminaire : Genre, médias et communication, organisé par Nelly Quemener et Virginie Julliard, laboratoire CIM, Sorbonne Nouvelle, 13 décembre 2013.

4. « La construction médiatique des transidentités », séminaire : Mardis du genre, organisé par Christine Bard, Maison des sciences humaines de l’Université d’Angers, 12 novembre 2013.

5.  « Le sujet trans à la télévision. De la représentation hégémonique d’un modèle singulier mais normé, au post-trans comme figure alternative et de résistances », journée d’études : Normes communiquées, normes communicantes: assignations, déviances et négociation, le REPLIC, Médiathèque Jacques Ellul de Pessac, 6 juin 2013.

6. « Processus de révision de la Classification Internationale des Maladies », journées d’études : GATE Expert Group, Buenos Aires, Argentine, du 3 au 7 avril 2013.

7. « La Transyclopédie : processus d’écriture », journée d’étude : Le genre entre local et global : une histoire sous tension, Université de Genève, UniMail, 5 et 6 février 2013.

8. « Réflexions sur la pornographie », journées d’études : Queer day, Université de Bordeaux 3, 7 au 8 février 2013.

  1. « Sexualisation des corps, (Re)production des corps », table ronde de chercheur-e-s animée par Marie-Joseph Bertini, La Semaine du Genre, 2e édition, Nice, 26 mars 2012.

10. « Imaginaire social et imaginaire médiatique », séminaire de l’atelier EFIGIES Sud, Aix-Marseille, 20 septembre 2012.

11.   « Transidentités & Média(tion)s : Exemples de modélisations sociales, médiaculturelles et géographiques », table ronde Trans et queer dans la ville, Les rencontres de l’Atelier Genre, « Ville, Genre et homophobies », Bordeaux 3, ADES, 16 mai 2012.

12. « La semaine du Genre et des sexualités », QueerWeek 2012, avec Éric Macé, Ali Aguado et Maud-Yeuse Thomas, Sciences Politiques, Paris, 7 mars 2012.

13. « De l’éducation (spécialisée) à la sexualité (spécialisée ?) – et retour », séminaire : Genres, sexualités et Travail Social, Égide, AFERTES, organisé par Patrice Desmons, Arras, 21 février 2012.

14. « Une typologie des transidentités en France », intervention au séminaire transdisciplinaire : « Ce que les normes de genre font aux corps trans, ce que les corps trans font aux normes de genre », organisé par Arnaud Alessandrin et Éric Macé, Centre Émile Durkheim, Bordeaux 3, 22 octobre 2010.

15. « Évolution du traitement télévisuel de l’entourage familial des transidentités », séminaire : Formes contemporaines de la parenté. Expériences et itinéraires transgenres, organisé par Laurence Hérault, IDEMEC, MMSH, Aix-en-Provence, 16 mai 2008.

16. « La représentation des cultures de genre (transsexe et transgenre) dans l’espace public et télévisuel », intervention au séminaire « F*ck My Brain », organisé par Marie-Hélène Bourcier, EHESS, Paris, 10 janvier 2008.

Communications à des conférences et colloques non universitaires

Colloques

1. « Introduction », colloque international Transidentité-s : santé, genre, enjeux politiques et sociaux, Friche de la Belle de Mai, Marseille, 13 juillet 2013.

2. « Le sujet trans : une représentation hégémonique ou une figure alternative ? », colloque international Transidentité-s : santé, genre, enjeux politiques et sociaux, Friche de la Belle de Mai, Marseille, 13 juillet 2013.

3.   « Représentations médiatiques des transidentités, colloque international Tous les genres sont dans la culture, Genre Pluriel », Bruxelles, Belgique, novembre 2010.

4.   « Le médiateur e(s)t la valeur, pour une théorie de la médiation à l’usage des minorités autoproclamées et/ou désignées », colloque international des UEEH Des corps, des identités et après ? », Marseille, juillet 2010.

5. « Le désir d’enfant chez les trans », colloque Homoparentalité, APGL, Montpellier, janvier 2008.

 

Conférences

1. « Est-ce qu’on appartient à l’humanité si on n’est ni un homme ni une femme ? », Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille, 20 novembre 2013.

2.   « Transféminisme », table ronde transféminismes vs trans-nationalisme, Archives et centres documentaires LGBT en Europe et aux États-Unis, ODT, IDEM, Friche de la Belle de Mai, Marseille, 16 juillet 2013

3. « Mémoire trans et archives LGBT », conférence internationale Archives et centres documentaires LGBT en Europe et aux États-Unis, IDEM, Mémoire des sexualités, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 17 juillet 2013.

4.   « La transphobie dans les LGBTphobies », forum international Les LGBTphobies en Europe et dynamiques de luttes contre les discriminations, IDEM, Friche de la Belle de Mai, Marseille, 18 juillet 2013.

5. « LGBT des villes, LGBT des champs », Journées d’été d’EELV, Genre et Ville, Marseille, 24 août 2013.

6.   « Mille et une manières d’expérimenter le genre », autour de l’exposition « Zarbi Dolls », Galerie Andiamo, Marseille, 20 août 2013.

7.   « Transitions, traverses et extériorisations de soi. La question trans en débat », Les séminaires du sujet dans la Cité, 3e séminaire, Paris, 11 mai 2013.

8.   « Transidentités », centre J’y suis, j’y reste, collectif Lille STP, Afertes, 9 avril 2013.

9.   « Autour du livre Transidentité de l’espace médiatique à l’espace public », Semaine contre les discriminations, ville de Strasbourg, SOS Homophobie Alsace, Strasbourg, 25 octobre 2012.

10.   « La déclassification des transidentités », centre J’en suis, j’y reste, débat (Lille, février 2012) ;

11. « Politicas Trans », conférence internationale Cultura, historia y memoria, Centre de Cultura Contemporania de Barcelona, 22 octobre 2011 (communication en espagnol).

12. « Intersexué-e-s », Amnesty International, antenne Jeune, Nice, juin 2011.

13. « Dépathologisation des trans », Festival Ô mots, 8e édition, Lille, octobre 2010.

14. « Autour de la transidentité », Les Européennes de Polychromes, Mamac, Nice, septembre 2010.

15. « Mélange des genres : l’identité sexuelle en question », Tapages, association culturelle d’éducation populaire, Bergerac, 8 avril 2009.

16. « Stigma queer », Centre collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé (CCOMS), organisée et animée par Marie-Joseph Bertini et Patrice Desmons, avec Tom Reucher et Maud-Yeuse Thomas, Nice, 13 juin 2007. 

Activités Associatives

– 

2010-2012

Co-Responsable :

Coordination de la Campagne Internationale STP 2012

2005-2010

Co-fondatrice :

Observatoire Des Transidentités (avec Maud-Yeuse Thomas et Arnaud Alessandrin, 2010)

Sans Contrefaçon Reloaded (avec Maud-Yeuse Thomas, 2009)

Sans Contrefaçon (avec Maud-Yeuse Thomas, 2005)

2005-2008

Secrétaire :

CEL : Association Centre Evolutif Lilith (Marseille)

UEEH : Université d’Eté Euro-méditerranéennes des Homosexualités (Marseille)

1996-1999

Membre actif : 

ASB : Association Syndrome de Benjamin (Paris)

Zoo : Association le Zoo (Paris)

Rédactrice dans le journal associatif « Le 3 Keller » du CGL de Paris

 

Anglais (traduction automatique)

Espagnol (traduction automatique)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Rejoignez 795 autres abonnés

TwittOrNotTwitt?!

Avatar

%d blogueurs aiment cette page :