You are currently browsing the tag archive for the ‘courts-métrages DIY’ tag.

On peut considérer la production à titre individuel et/ou à titre associatif de court-métrages comme une réponse à la parole impossible ou à la parole volée ; expressions entendue sur le terrain trans. Les médias sont décriés ; la télévision en particulier. Les termes de la narration de la situation des trans’ seraient ramenés à un unique récit excluant toute idée de communauté, ou de groupe du moins. Certains activistes et militants  envisagent dans les années  2000 l’idée de l’autoproduction à l’égal d’autres groupes en lutte pour l’égalité des droits. Le mode d’expression Do It Yourself (fais le toi même)  a été une solution et s’est formalisé dans la création, et la diffusion de documents audiovisuels sous formes de courts-métrages politisés à des degrés divers. Parfois avec humour, parfois avec dérision, parfois avec colère, les idées, les revendications et parfois même des concepts ont pris forme.

L’association STS67Sans Contrefaçon et le Groupe Activiste Trans ont ainsi produit et diffusé à travers l’Internet, les festivals LGBT et les festivals culturels en France comme à l’étranger.

En 2002, le GAT* diffuse Le doigt de dieu (ou la bite à Lacan), document de  13 minutes mettant en scène l’incohérence du discours psychiatrique et psychanalytique. Le GAT se définit comme groupe informel et libertaire, alternatif et indépendant de trans en colère. En collaboration avec la sociologue Marie-Hélène Bourcier, ils placent la barre très haut selon l’expression consacré et l’interprétation du film n’est pas facile aux non affranchis de ces questions.

De son côté STS67 film et diffuse ses débats publics, ceux à la FNAC de Strasbourg tout particulièrement. L’année 2003 est  riche en interventions filmée avec en juin à la FNAC de Strasbourg, une présentation de la transidentité en général, et avec l’intervention de Dominique Place du CARITIG sur la transphobie dans le milieu lesbien ; au mois de septembre, une permanence de STS filmée par Christophe Coupas autour de la transidentité ; le 28 novembre, conférence-débat de Pat Califia à Strasbourg, à l’occasion de la parution de la traduction française de son livre « Sex changes – Transgender politics » (Le mouvement transgenre). La seconde série d’autoproduction se place entre  2005 et 2006, avec le débat public à la FNAC de Strasbourg, en deux parties : présentation de la transidentité en général, et « Je suis jeune et transgenre – que faire ? », et le débat ayant pour thème : La haine ordinaire – la transphobie en France, que faire ?. Dans le même temps, STS67 intéresse les médias locaux notamment à travers France 3 Alsace.

[Les  trois court-métrages de Sans Contrefaçon ci-dessous sont  quelques unes des illustrations de ces productions. Ces courts métrages ne sont liés que provisoirement à cette article en construction.]

 

Notes

*Vincent Hesay, Carine Boeuf, Maxime Zitouni, Tom Reucher

* Le 13 juin 2005

* le 12 juin 2006

Publicités

Anglais (traduction automatique)

Espagnol (traduction automatique)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Rejoignez 946 autres abonnés

TwittOrNotTwitt?!

Avatar

%d blogueurs aiment cette page :