You are currently browsing the tag archive for the ‘DSM’ tag.

 Transidentités : soustraire les différences au diagnostic

 En ligne, mars 2011 : http://www.revue-ganymede.fr/transidentites-2/
Par Karine Espineira, Maud Yeuse Thomas, Alessandrin Arnaud

Le documentaire « Diagnosing difference », base d’une analyse de la question de diversité que recouvre les transidentités, du problème du diagnostic, et des réalités sociétales et individuelles qui en découlent.


Extrait :

Samedi 11 février était diffusé pour la première fois en France le reportage « diagnosing différence » [1]. Sur une heure, treize de témoignages se succèdent : Susan Stryker, Adela Vazquez… Ils reviennent, tous à leur façon, sur les effets iatrogènes des catégories psychiatriques, sur leurs effets directs sur le story tellingdes transidentités et sur les modes de reconnaissances qu’ils imposent. « Ca ne m’apporte rien cette étiquette » dit l’une des interviewées ; « Je ne peux pas appeler mon patron le matin pour lui dire : « pardon patron, je ne viendrai pas travailler aujourd’hui, j’ai un trouble de l’identité de genre… ». À l’instar du reportage de Valérie Mitteaux (« mon sexe n’est pas mon genre » [2]), les profils et les récits trans’ de « diagnosing différence » nous semblent à la fois répondre à une promesse d’inclusion autour du terme de « transidentité » (« transsexuel, trangenre, genderqueer : il y a autant d’appellations que tu veux ») et à une mise à mal du diagnostic « transsexuel » comme élément central et nécessaire aux subjectivations trans’ « Est-ce qu’il faut améliorer le diagnostic ? La question c’est : est-ce qu’il faut un diagnostic ? » « Je dirai que j’ai une identification de genre moins fréquente, ça ne fait pas de moi une pathologie ». Comme élément de classification et de reconnaissance, la labellisation « transsexuelle » est alors dénoncée comme une imposition maltraitante [3] et désubjectivante : « C’est trop violent de vouloir faire rentrer les gens dans des catégories pathologisantes » ; « Je n’ai jamais eu l’impression d’avoir un problème. Que la société n’ait pas de place pour moi, ça c’est une source de problème.» ; « Les catégories de sexe et de genre ne sont pas assez souples pour contenir qui je suis » ; « Le diagnostic m’a volé mon identité ».

Dans une acception Delphyiste nous pourrions dire que « dire la différence » revient à « dire la hiérarchie » [4]. Ainsi, en créant un hors cadre « transsexuel », il se créée surtout une hiérarchisation entre les « trans » et les « cis » [5], les non-trans, de telle sorte que le diagnostic, c’est-à-dire la validation a posteriori de la différence, s’effectue à la défaveur des identités de genres minoritaires, immédiatement basculées du côté de la déviance. Le diagnostic impose alors des « gages de normalité », une procédure de cisexualisation des identités labellisées « transsexuelles ». Or les expériences de genres vécues débordent des genres assignés et des sexes réassignés [6]. Ils disent aujourd’hui la pluralité sans promettre une normalisation. (…)

La suite sur GanyMède

————————————————————-

NOTES :

[1] J’emprunte la formulation du « diagnostic de la différence » au reportage « diagnosing différence » d’Annalise Ophélian (2009) dont le sous-titre est : « la nature adore la diversité, ce sont les humains qui ont un problème avec ça »

[2] Lire par exemple : « Mon sexe n’est pas mon genre », Observatoire Des Transidentités, novembre 2011, disponible sur : http://observatoire-des-transidentites.over-blog.com

[3] SIRONI F., Psychologie(s) des transgenres été des transsexuel(le)s, Odile Jacob, 2011.

[4] DELPHY C., Classer, dominer, qui sont les « autres » ?, La fabrique, 2008

[5] « Cis » signifie « du même côté de ». La « Cisidentité » renvoie donc à la congruence entre les expériences de genre vécues et l’assignation de genre faite à la naissance. Lire à ce propo : SERANO J.,Whipping girl, a transsexual woman on sexism and the scapegoating of feminity, Seal edition, 2007

[6] ALESSANDRIN A., Droit, psychiatrie et corps Trans : le triple débordement, in Aux frontières du genre (dir.), L’Harmattan, 2012.

Publicités

Anglais (traduction automatique)

Espagnol (traduction automatique)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Rejoignez 946 autres abonnés

TwittOrNotTwitt?!

Avatar

%d blogueurs aiment cette page :